Les frais de livraisons sont actuellement gratuits, profitez-en !

Mon histoire

 

Étant très curieuse de nature, je crois qu’à votre place, j’aurais aimé connaître qui se cache derrière «  Le Charme d’Autrefois ». N’ayant fait que de rares apparitions furtives en stories, je vais donc me jeter à l’eau !

Je me présente : je m’appelle Anaïs Lheureux et j’habite la région de Mons, en Belgique. Je suis mariée à un homme aimant et dévoué (qui se prend d'ailleurs de plus en plus au jeu) et, ensemble, nous avons eu il y a un an, une merveilleuse petite fille.

Passionnée de vintage depuis ma plus tendre enfance et ayant souvent (très souvent) l’impression de ne pas être née à la bonne époque, j’ai tout d’abord craqué pour moi en récupérant divers trésors dans ma famille ou en en achetant en brocante. Ma première acquisition a été un service à café (faut-il préciser que je ne bois jamais de café ?) en porcelaine polonaise à l’âge de 14 ans. Je ne m’en séparerais pour rien au monde.

L’histoire des objets ou des meubles anciens m’exalte : leur vie d’avant, leur âme, ce charme d’autrefois… Voilà pourquoi, le 4 juillet 2020, à l’aube de mes 29 ans et suite à certains événements, j’ai sauté le pas et j’ai décidé de me plonger, tête la première, dans cette merveilleuse aventure qui me trottait dans la tête depuis des mois. Je vous ai donc proposé chaque soir sur Instagram, durant presque une demi année, des pépites, préalablement dépoussiérées, nettoyées, restaurées pour être transformées, parfois détournées de leur fonction première mais surtout, mises en valeur dans mes publications. Et vous avez été au rendez-vous ! 

Au vu de votre engouement et de l’ampleur que ce pari fou a pris, voici, pour le jour des six mois de la page : l’ouverture de mon site internet.  J’espère que vous prendrez autant de plaisir à le parcourir que j’en ai eu à l’imaginer et à penser chaque détail. Je vous remercie pour votre visite et je vous invite à me suivre également sur Instagram , là où tout a commencé.

 

Article du journal 'La Province' du 8 octobre 2020

 

Web article du journal 'La DH' du 4 janvier 2021

Cliquez ici